Impulsion par lancé en vol exterieur

Le pilotage du en extérieur est basé sur la différence d’incidence des 2 demi-ailes. En intérieur lorsque le vent relatif est très faible la technique du lancé permet de donner l’impulsion pour faire avancer une demi-aile. Cet accompagnement paraît contradictoire avec le pilotage canonique mais fait le job tant qu’on garde la tension des .

la technique du lancé en gardant la tension permet de compenser le manque de vent relatif en

Ce constat est-il applicable en extérieur ? En allant sur des et en côtoyant des pilotes expérimentés on peut observer les différents style de pilotage.

Vol en douceur ou saccadé

Le vol en team est plutôt canonique avec une utilisation quasi-exclusive de la différence d’incidence. Cela conduit à un vol doux et lent. Au contraire en individuel on remarquera un vol plus saccadé. Ce type de pilotage quand bien réalisé c’est-à-dire contrôlé mérite qu’on s’y attarde.

En vent fort l’incidence suffit à provoquer l’impulsion. En vent faible peut-appliquer la technique sus-citée ?

Impulsion par lancé

J’ai observé certain pilote initier la rotation par une impulsion de lancé sur l’avant de la demi-aile conjointement au freinage de l’autre. Partant d’un stop BA en haut, la main de l’aile qui avance ne se contente pas de lâcher le frein mais monte un peu pour donner une impulsion. Certes monter permet de relâcher aussi le frein puisque baisser les mains augmente la tension des freins.

Différents styles de vol

Cela me pousse à croire que le vol canonique permet de développer un certain niveau de maîtrise mais que pour aller plus loin l’étude des différents styles permet d’acquérir des compétences utiles en fonction des conditions de vent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.