Axel training debrief

Hier je suis allé faire ma première séance d’axel serieuse depuis . J’en ai tiré quelques enseignements que je livre ici.

Force vs balancement

La mise en rotation se fait par le tirage, certe. On serait alors tenté de tirer plus fort pour prolonger la rotation mais cette methode est difficile car la force augmente l’effet des petites erreurs dans le tirage. En revanche le balancement des bras permet de redonner l’impulsion à l’aile au fond pour repasser devant. Cette methode nécessite une coordination parfaite du geste avec l’attitude du . De plus elle permet de faire un plus lent.

Angle de tirage

Lors de la mise à plat on tire sur une aile. Quelle est le meilleur angle d’inclinaison ? On est tenté de mettre l’aile bien à plat puis de tirer. Il se pose alors ne problème de la portance durant la rotation. Une aile bien plane et horizontale n’a pas de portance.

Dans mon entrainement d’hier si l’aile au fond (je commence par un glide) est parfaitement horizontale quand je tire, elle a tendance descendre entrainant le plan de rotation vers le bas ou en déséquilibrant celui-ci. En revanche si je tire juste avant que l’aile du fond soit bien à plat alors elle a encore une portance positive et le plan de rotation est en portance: le cv de tombe pas mais a tendance à un peu monter.

Je pense qu’une autre technique consiste à mettre l’aile de tirage bien à plat mais à laisser un peu de portance sur l’aile de devant (je commence à partir d’un glide) ainsi quand l’aile de devant va aller au fond le vent s’engouffre en dessous et donne de la portance au plan de rotation.

Je vais expérimenter cette seconde approche lors de ma prochaine séance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.