Regardez “axel training à Vincennes” sur YouTube

Axel training debrief

Hier je suis allé faire ma première séance d’axel serieuse depuis Marseille. J’en ai tiré quelques enseignements que je livre ici.

Force vs balancement

La mise en rotation se fait par le tirage, certe. On serait alors tenté de tirer plus fort pour prolonger la rotation mais cette methode est difficile car la force augmente l’effet des petites erreurs dans le tirage. En revanche le balancement des bras permet de redonner l’impulsion à l’aile au fond pour repasser devant. Cette methode nécessite une coordination parfaite du geste avec l’attitude du cerf-volant. De plus elle permet de faire un axel plus lent.

Angle de tirage

Lors de la mise à plat on tire sur une aile. Quelle est le meilleur angle d’inclinaison ? On est tenté de mettre l’aile bien à plat puis de tirer. Il se pose alors ne problème de la portance durant la rotation. Une aile bien plane et horizontale n’a pas de portance.

Dans mon entrainement d’hier si l’aile au fond (je commence par un glide) est parfaitement horizontale quand je tire, elle a tendance descendre entrainant le plan de rotation vers le bas ou en déséquilibrant celui-ci. En revanche si je tire juste avant que l’aile du fond soit bien à plat alors elle a encore une portance positive et le plan de rotation est en portance: le cv de tombe pas mais a tendance à un peu monter.

Je pense qu’une autre technique consiste à mettre l’aile de tirage bien à plat mais à laisser un peu de portance sur l’aile de devant (je commence à partir d’un glide) ainsi quand l’aile de devant va aller au fond le vent s’engouffre en dessous et donne de la portance au plan de rotation.

Je vais expérimenter cette seconde approche lors de ma prochaine séance.

Axel training

#VaavudWeather

Après la théorie de l’axel, place à la pratique. Le vent était un peu fort pour un entrainement à l’axel si bien que j’ai remis le standard que j’avais sorti en premier choix dans le sac au profit du semi-ventilé bien plus facile à mettre à plat.

trop toilé pour le vent de ce soir

Ma première réaction a été un petit étonnement. La théorie se vérifie bien en pratique. Si dimanche mon taux de réussite était très faible, après avoir décortiqué lundi la séance et avoir couché sur le papier mes idées (aidé des conseils pris auprès de Jean-Pierre et John), ma compréhension du mouvement est satisfaisante puisque mon taux de réussite est bien plus élevé maintenant.

Le geste n’est pas parfait et la mise à plat se fait en trichant par un glide mais j’en tire beaucoup de satisfaction. Pas mal pour un premier entraînement je trouve.

Retour sur les séances d’axel

Après une bonne nuit de sommeil avec les images de la Fete du vent dans la tête, il est temps quitter Marseille et de retrouver la region parisienne. Le festival n’est pas seulement une occasion de voler ensemble mais aussi de prendre et donner des conseils.

Pour ma part j’ai commencé mes premiers entrainements à l’axel. En prenant des conseils avec Jean-Pierre et John j’ai pu me faire une idée de la décomposition du mouvement. J’avais commencé à m’intéressé à l’axel il y a un an mais ce n’est qu’ hier que j’ai réussi à en faire mais avec un taux de réussite faible.

Cependant je pense avoir compris le geste. Tout d’abord il faut mettre le CV à plat. Ce qui est difficile car il faut contrer le vent qui plaque le CV au fond.

La mise à plat

Ma première approche par vent faible comme hier matin à Marseille, est de mettre le CV en glide (plané). Si on fait un plané à droite alors le BA est est plutôt vers le bas donc l’aile droite (main droite) est celle qui est au loin (et sur la gauche). En visualidant le CV ainsi on est quasiment à plat et la main droite au loin avec le frein bien en arrière prête à enclencher l’axel en tirant la main vers l’arrière.

L’autre plus compliquée pour moi est de partir de la position BA en bas en slide vers le droite. On n’est pas déjà à plat mais le slide met la main droite un peu en avant donc arme déjà le tirage de l’aile droite (qui est à gauche). Mon problème est de déventer le CV. Il me semble que pour ce faire il faut en plus du tirage relacher la main gauche (aile à droite) pour la pousser au fond tout en avancant d’un pas brusque pout annulet le vent.

Rotation à plat

Un fois le tirage effectué, ce n’est pas suffisant. Le main droite est derrière le corps mais il faut vite la remettre devant pour donner du mou afin de laisser l’aile tiré poursuivre sa rotation vers l’arrière.

Pendant ce temps la main gauche était soit bien proche du corps ou carrément en arriere si on edt rentré par le plané. Or la main gauche correspond à l’aile a droite qui doit aller en arrière pendant que l’on tire sur l’autre qui va vers l’avant. Il en resulte qu’il faut pendant le tirage de la main droite, avancer la main gauche pour lui donner du mou.

Sortie de rotation

Comme on a donné du mou dans les 2 mains, il faut reculer un peu pour retendre les lignes.

Je dois avouer que c’est cette étape qui est encore un mystère pour moi. Je pense qur c’est parce que ma rotation est incomplète. Je crois que pendant la rotation quand on remet en avant la main droite, il faut retirer sur la main gauche que l’on avait poussée pour donner du mou.

Je vais passer mes prochaines séances sur cet excercice…. juste pour le plaisir.

Regardez “Exercices rotation slide (teaser)” sur YouTube

Plusieurs pilotes en face à face ou sur internet confient être émerveillés par ce mouvement de rotation en slide. Moi-même intéressé par cette figure, je suis allé préparer une vidéo d’exercice. Se fut l’occasion de faire des prises de vue avec la nacelle stabilisée en suivi sur le pilote. Cela permettra d’avoir une vue des mains toujours dans le cadre. Un extrait avant le montage qui devrait arriver bientôt:

6 années de cerf-volant 4 lignes et maintenant ?

En 2012 j’ai decouvert le 4 lignes et depuis pas mal de chemin parcouru. Le vol en salle m’avait captivé un moment au début mais rapidement le vol exterieur en groupe est devenu mon obsession.

Cela a eu je crois un effet bénéfique sur mes vols solo ou je m’imaginais être à plusieurs en m’évertuant à garder la trajectoire propre et la position en stop la plus immobile possible. La conséquence a été de me permettre de prendre part à des megateam bien que mon niveau global n’était pas excellent. Je le répète encore le vol en megateam n’exige pas d’être un top pilote.

Ensuite pour aller plus loin et ne pas voler juste quand le vent le permet, il m’a fallu m’équiper en panoplie complète : UL, standard, semi-ventilé et ventilé. Cela permet de voler plus souvent et donc d’augmenter son niveau de vol. Se forcer à voler dans des vents pourris (rafaleux ou avec de fortes amplitudes) forge egalement l’expérience dans le choix de la voile et à adapter ses mouvements avec la force du vent.

Voler dans differentes conditions de vent ne donne cependant pas la maîtrise. Je pense que seul le vol sur figure imposée permet d’acquérir la maitrise: le cerf-volant doit aller là où le pilote veut et non pas l’inverse. La compétition aves ses figures imposées et le ballet en musique avec le tempo imposé font évoluer le vol vers un autre niveau de maîtrise. Dans le cas du ballet cette compétence est la maîtrise du rythme. Ce sens de la chorégraphie est distinct hélas de celui du pilotage et requiert une sensibilité artistique qui n’est pas donné à tous.

J’ai passé les 18 mois précédents en mode compétition. J’ai travaillé la maitrise du vol mais assez peu le côté artistique du ballet auquel je n’ai consacré que 3 mois. Pourtant le ballet est ce qui a le plus d’impact sur le public et met le mieux en valeur la discipline. Je vais donc m’évertuer à travailler la démo en musique dans un mode plaisir.

Affiche Marle 2018 outdoor

Cerf-Vol-Aisne annonce la 9e édition du festival de Marle le 13 et 14 octobre prochain.

Regardez “fête du vent Lery posé 2018 – Ballet de Steff Fermé 360 catch” sur YouTube

L’enregistrement vidéo de la manche de samedi n’étant pas de bonne qualité car je n’avais pas mon trépied, j’hesitais à ke découper. Finalement le ballet de Steff avec sa tentative de semer le directeur de terrain m’a motivé. A la fin je me demandais si il allait le faire et il l’a fait: un rattrapé main avec un Reflex !

Regardez “fête du vent Lery-posé 2018” sur YouTube

Buttes de Courcouronne, la fin de la liberté ?

Je suis allé hier au parc du rondeau à Courcouronne aussi connu sous le nom des buttes de Bondoufle. Le site est rappelons le depuis un an estampillé par la FFVL qui devait y apposer un panneau. C’est chose faite.

Le site est surtout utilisé par les parapentistes mais aussi par des cerfvolistes et aeromodelistes auxquels s’ajoutent des promeneurs. Cet affichage pose quelques questions.

Tout comme la butte d’Orgemont, site public mais devenu site FFVL géré par Hurricane, le parc devient site FFVL géré par le club globe trot Air. L’aspect public du site est-il remis en cause ? surtout pour la pratique du cerf-volant ?

L’arrêté municipale précise que le site est ouvert au licencié FFVL titulaire d’une assurance RC. Jusqu’à présent pas besoin d’être licencié FFVL, seul une RC est conseillée et généralement incluse dans l’assurance habitation pour les loisirs. L’arrêté municipal n’exclut pas les autres usagers, ce qui serait un comble pour un site public financé par les impôts de tous !

Néanmoins je ne peux que m’inquiéter de ces 2 initiatives (Orgemont et Courcouronne) qui tendent à restreindre l’utilisation d’un lieu public et à pousser les usager à l’affiliation FFVL pour pratiquer. Dans le cas du cerf-volant c’est vraiment une régression des libertés. En tant que cerfvoliste suis-je un usager autre ou dois-je être FFVL pour venir pratiquer et utiliser le site ?

Je ne suis pas juriste mais les termes employés par l’arrêté municipal n’excluent pas les autres usager et ouvre l’accès aux licenciés FFVL titulaires d’une RC. Je pense qu’il y a un flou entretenu par la signalétique mettant en avant le FFVL. Si on lit l’arrêté municipale seule la RC est bien obligatoire et seuls les représentants de Paris Sud ou de la commune peuvent réclamer la présentation d’un justificatif.

Je vais pouvoir venir voler sans être obligé d’être licencié FFVL. Ouf.