Manche selective Lery-posés 2018

Ce weekend la fête du vent était en fait une manche de compétition. Durant les 2 jours le terrain central a été occupé par les compétiteurs. Moi qui était surtout venu pour voir les membres club 38 mais le manque de vent et de temps n’ a pas permis de faire des prises de vue des niveaux. Retour sur ces 2 jours bien sympathiques.

Arrivé un peu après midi, juste à l’heure pour l’apéritif. Après le repas et l’arrivée du juge (une dérogation a été donné pour un juge unique) les choses “serieuses” ont commencé.

La journée de samedi fut remarquable par son manque de vent.

Noud avons passé beacoup de temps à attendre le vent et les “windcheck” furent nombreux.

Les bons pilotes ont pu tirer leur epingle du jeu en étant équipés du bon materiel (UL et lignes légères ou courtes). Steff Fermé nous a gratifié en 4 lignes d’un 360 et d’un rattrapé au Revo Reflex.

La manche a fini bien plus tard que prévue vers 19h30 au moins. Le temps d’aller manger puis d’aller au camping la nuit fut courte et le réveil matinal.

La journée du dimanche fut placée sous le même signe: compétition sous petole. Du moins le matin, car l’après-midi il y a eu quelques passages potables mais l’orientation du vent était defavorable.

J’etais en 2 plumes et 23 kg la veille et mon ballet de 4 minutes était infaisable. Je l’avais bien amputer de plusieurs figures donc dimanche j’ai changé de musique: quitte à improviser, faisons le franchement et sur une musique courte.

Au final j’ai fait 2e derrière Steff Fermé. Ce qui est logique… mais je suis assez content car sans préparation aucune j’arrive bien à faire les figures imposées mais le ballet est encore un point à ameliorer. Dommage que cette année la competition ne soit pas mon objectif. Je lève le pied.

En revanche le ballet de Maxime (3e indiv 4 ligne) fut assez reussi dimanche.

Ici le ballet de Steff. Lignes courtes et revo Reflex, pour la suite le palmarès du pilote parle de lui-même.

Juste pour le plaisir.

Festival Kit’Anim à Lery-posé

Steff Fermé (Kit’Anim) organise sa fête du vent et du cerf-volant ce week-end à la base de loisirs de Lery-posé. Il se tiendra à cette occasion une manche selective au championnat de France 2019.

Des membres du club 38 (Revolution) seront également presents pour passer des niveaux dans la bonne humeur.

Vous pourrez suivre des directs sur ma chaine youtube

Club 38 M11 à Draveil

Jeudi dernier je n’avais pas pu faire le M11. Depuis j’ai appris la routine et ce matin je suis allé sur le spot de Draveil

Les oies étaient encore là et m’accueillirent bruyament.

Le vent soufflait entre 9 et 12 mph. J’ai hésité à sortir le semi-ventilé puis finalement j’ai repris le standard 3 plumes de l’avant-veille.

Apres quelques essais j’ai trouvé celui qui m’avait satisfait le plus et que j’allais soumettre au club 38 pour acquérir le niveau M11. Ce niveau avec ces rotations était un peu challenging avec le vent qui allait en forcissant. Pourquoi diable n’avais-je pas sorti le semi !

Enfin il n’y a pas que le club 38 dans la vie du revoliste…. place au plaisir du vol libre.

A la prochaine séance, juste pour le plaisir.

Regardez “Club 38 – Thierry BRESSURE – level M11” sur YouTube

Regardez “Club 38 M11 training timelaps” sur YouTube

Club 38 M10 à Draveil

Après une petite pause depuis Le Portel, malgré la chaleur l’appel du revo à été plus fort et même si le vent annoncé à 7mph me semblait faible pour faire le M10, je suis allé à Draveil dégourdir l’Icarex de mes Revo.

Effectivement peu de vent. Je le mesurais autour de 4-6 mph mais avec quelques rafale plus fortes à 11 mph. C’etait donc un vent bien pourri… pour mon niveau 🙂

Revo Barresi STD 3 plumes à Draveil

J’ai sorti le standard qui était monté en 3 plumes. Il y avait encore du sable provenant de Le Portel dans les embouts. Aller au boulot !

Le soleil qui commençait à cogner fort dès 9h30 n’encourageait pas à être actif au sol et il etait difficile de faire des rotations rapides avec si peu de vent.

Vers 11h30 la chaleur était devenue insupportable pour faire du revo. A la prochaine séance… juste pour le plaisir !

Dérogation exceptionnelle pour le CDF 2018

La FFVL vient d’octroyer une dérogation à un pilote pour participer au CDF 2018 alors que ce dernier n’a pas fait les manches sélectives en 2017. Comment pouvons nous analyser ce choix ?

Tout d’abord il n’est pas question de parler de personne et de remettre en cause l’argument du palmarès du pilote qui a justifié cette sélection. Cette décision de la FFVL doit être analysée sous un angle plus large.

La commission compétition a connu récemment quelques remous dont les manifestations visibles étaient là défection des pilotes à cause de la forme des manches régionales et de la disparition de la valeur des titres régionaux.

Il semble que la volonté de la FFVL de promouvoir des pilotes au niveau national avec les manches qualificatives sans restriction de région, va au delà du contexte national mais vise à promouvoir le CV français au niveau européen. Ainsi la FFVL aurait pour le pilote dérogataire des ambitions qui vont au delà du simple championnat national en lorgnant plutôt sur le championnat d’Europe. Pas sûr que cela plaise au nombreux pilotes qui boudent déjà le CDF.

Ensuite cette dérogation jette un peu de discrédit sur notre sport vis-à-vis du public. En effet même pour des raisons indépendantes de sa volonté une personne qui ne se présente pas à son entretien d’embauche laisse sa place à une autre même si l’autre est moins compétente. En soi même si les précautions prises par le communiqué insistent sur le caractère exceptionnel de la décision, elle n’aurait pas dû être prise. Pourquoi l’a-t-elle été ?

Un élément de réponse est à chercher dans la défection générale des pilotes pour le CDF. Par le passé au moment même de la tenue du CDF on cherchait des pilotes pour gonfler le rang des prétendants en lice…. Le nombre d’inscrits à Bray-dune n’est-il pas à la hauteur des espérances ? A vouloir viser une sphère internationale au détriment des régions le cerf-volant français ne s’assure pas plus de légitimité que ceux décriés qui font leur championnat du monde à eux.

La légitimité est un élément non pris en compte. La personne peut être très compétente mais nous ne sommes plus au moyen-âge, l’approche top-down est révolue. Dans notre monde hyper-connecté la légitimité ne se décrète pas entre spécialistes mais par la base. Citons pour l’exemple le cas de Steff FERMÉ pressenti par RevKite pour représenter le Club 38. Sa nomination avait soulevée quelques protestations car il n’avait pas le titre de Maître révolution. Du coup ce dernier même si il a un palmarès légitime, a refait les examens pour justifier de son rang aux yeux de tous, les anciens qui connaissent son palmarès et les autres.

Le monde du cerf-volant est actuellement très petit comme le montre les réactions provoquées par les initiatives jugées dissidentes comme Addict Kite ou le club 38. Pourtant le succès des celles-ci démontre bien ce que veulent les pilotes. Ces initiatives sont même de bonnes augures en montrant que d’autres voies sont possibles au delà du carcan établi. Le monde du cerf-volant francais est petit surtout si on le regarde avec des oeillères.

La séparation

Après plus de 4 ans de service mon Revo Barresi standard s’en est allé vers une nouvelle vie. C’est avec un petit pincement au coeur que je le laisse partir car c’était mon premier 1.5 avec lequel j’ai volé depuis 2013.

Certes depuis l’arrivée de mes revo blancs, il aurait dû prendre sa retraite et ne sortait que très rarement mais je le gardais monté en 2 plumes tant je ne voulais pas me séparer de lui. Il a terminé son service sur mon dernier niveau du Club 38 en fin d’année. Quelle belle fin !

Mon sac n’étant pas extensible à l’infini et devant accueillir une nouvelle recrue, j’ai donc offert une nouvelle vie dans d’autres mains. Il ne sera pas seul puisqu’il part avec mon Revo semi-ventilé maison qui ne sortait plus du tout depuis qu’un Barresi semi-ventilé était arrivé.

C’est une page qui se tourne avec nostalgie pour moi et une histoire qui commence pour un pilote qui sera heureux de posséder 2 revo. Rien ne sert d’avoir des doublons, je ne suis pas collectionneur, je suis un pilote.

Au revoir et à peut-être un jour sur un terrain !

Club 38 Niveau M9

N’ayant pas respecté la routine pour avoir transformé une rotation en slide par une rotation centrée, j’ai refait la vidéo du niveau. Aujourd’hui avec moins de vent qu’hier j’ai remisé le ventilé pour le 2 plumes et le 3 plumes standard.

//youtu.be/UspHRfaEABY

Persévérance sur le M9

Il n’est pas rare d’être interpellé par des gens pour nous faire part de leur déception de ne pas arriver à piloter leur cerf-volant accrobatique. La principale raison est le manque de perséverance. Considérant qu’il ne sagit que d’un loisir occasionnel (2 fois par an, une fois en juillet et une autre en août) on peut être tenté de penser que cela se maîtrise comme un drône c’est-à-dire sans réelle maîtrise du pilote l’électronique faisant tout ici.

Le cerf-voliste sait qu’au delà de la qualité de la machine, c’est le pilote qui fait la différence.  Nul besoin pour le 4 lignes d’être doté d’un don particulier comme dans certains sport comme être grand au basket. Le travail et la persévérance fait ici toute la différence.

J’avais omis de faire une rotation en slide avant de faire le demi-cercle en slide du niveau M9 du club 38. Ce non respect de la routine est impardonnable. La météo étant favorable ce jour c’est-à-dire un temps sec avant le déluge de fin de semaine, je suis allé me reconfronter au M9.

Le vent plus faible qu’hier s’établissait à 6 mph. Je sorti donc le 2 plumes en 23 kg. Les rafales me firent un peu regretter mon choix mais elles étaient assez rares. L’intéressant dans cette séance c’est le défaut du centrage de la rotation en bord de fenêtre que j’ai observé. Au début je pensais à  l’égalisation des lignes mais elles n’étaient pas vraiment en défaut.  En revanche avec l’analyse du mouvement du CV je me suis rendu compte que c’était la position des épaules que je décale naturellement pour ajouter de la compensation surtout en vent faible. En effet en pleine fenêtre je n’ai pas trop de difficulté à faire une bicyclette centrée mais en bors de fenêtre le resultat est vraiment décevant. En fait le décalage d’épaule entraîne un décentrage de la bicyclette. Une fois l’origine du problème trouvé, quel plaisir de constater un peu de progrès. Cela prouve bien que le travail et la persévérance paye !

Néanmoins il y a des qualités dont le manque ne peut pas se combler par le travail. Je pense que la capacite de coordination motrice et les réflexes sont des données avec lesquelles le pilote doit composer pour trouver son style de vol. Pour ma part les mouvements trop rapides des mains sont impossibles, je crois que mon style coulé vient de là ainsi que mon aversion pour le 2 lignes et le freestyle !

je sentais au bout d’une heure que le 2 plumes commençait à plier. Le vent atteignait les 12 mph. Le 3 plumes prit la place du 2 plumes. C’est la première fois je crois que je change de CV en cours de séance.